Positionnement des acteurs et communiqués officiels

Dans une lettre ouverte, le Forum européen s’adresse au chef des institutions et chefs d’Etat européens, russes et ukrainiens et l’OTAN. Il souligne que la protection et la sécurité des personnes handicapées en Ukraine est primordiale. Les personnes handicapées sont actuellement abandonnées avec un énorme manque d’accès de sécurité et au soutien. De plus, les abris de Kiev ne sont pas accessibles aux 2.7 millions de personnes handicapées en Ukraine.

Pour plus d’informations : site internet du Forum européen des personnes handicapées


L’Assemblée nationale des personnes handicapées d’Ukraine, dans un appel du 1er mars 2022, déclare en toute urgence que « Les envahisseurs empêchent les civils (aussi les personnes handicapées) de quitter leurs villes et les utilisent comme boucliers humains. Ils placent des véhicules et des équipements militaires à côté de bâtiments civils et des maisons des gens ». Ils soulignent de plus que la Russie viole tous les principes du droit international.

Pour plus d’informations : appel de l’Assemblée nationale des personnes handicapées d’Ukraine


Dans un appel du 2 mars 2022, Inclusion Europe se prononce sur la situation des familles ukrainiennes qui s’occupent des personnes avec une déficience intellectuelle. Plus de 261 000 Ukrainiens s’accordant un diagnostic psychiatrique ont besoin en toute urgence des produits sanitaires ou des denrées alimentaires à long terme etc.

Pour plus d’informations : appel d’Inclusion Europe


L’association Fight for Right est une ONG ukrainienne avec mission de parvenir à une mise en œuvre effective de la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées. Actuellement, l’association s’occupe d’évacuer les personnes, leur donner des médicaments et la nourriture. Pour les personnes handicapées, la guerre compose un « sentiment supplémentaire et accablant de peur et d’impuissance, sans parler de la menace directe qui pèse sur leur vie. Les Ukrainiens handicapés ont beaucoup moins de possibilités d’évacuation ».

Pour plus d’informations : appel de l’association Fight for Right


Dans un article de l’association Handicap International, il est précisé que la situation des personnes civiles en Ukraine est très inquiétante : les personnes qui ne peuvent pas fuir (13% de la population ukrainienne est handicapée) se trouvent face aux manques de nourriture ou des toilettes. Ils ont du mal à avoir accès aux médicaments pour se protéger.

Pour plus d’informations : article d’Handicap International


L’association européenne des prestataires de services pour des personnes handicapées (EASPD) se montre très inquiété face à la situation en Ukraine. En outre, l’association souligne surtout pour les personnes handicapées, la situation est très vulnérable et grave. L’association demande une garantie que les personnes handicapées ont un accès aux abris et médicaments que les personnes non handicapées.

Pour plus d’informations : article d’EASPD


Disability Rights International se réfère à l’article 11 de la Convention des Nations Unies aux droits des personnes handicapées ainsi que la résolution 2475 du Conseil de sécurité. Le gouvernement ukrainien comme le gouvernement russe sont tenus de respecter le droit humanitaire. Ils sont obligés de prendre des mesures pour assurer la sécurité des enfants et adultes handicapés. Disability Rights International pose trois conditions pour la sécurité.

Pour plus d’informations : communiqué de Disability Rights International

Dans une publication du 14 mars 2022, Disability Rights International appelle au soutien immédiat des personnes en situation de handicap en Ukraine. Les adultes handicapés dans les foyers, mais aussi les bébés et les enfants dans les orphelinats et institutions sont souvent oubliés dans cette crise.

Pour plus d’informations : Lire la publication de Disability Rights International


La Croix Rouge française évoque aussi le droit international humanitaire qui protège des personnes qui ne participent à aucun combat militaire. Alors, les parties dans un conflit armé doivent respecter les conventions de Genève de 1949. Ces conventions assurent la protection des personnes civiles, des malades et blessés.

Pour plus d’informations : communiqué de la Croix Rouge française


L’UNICEF travaille en Ukraine sur l’aide des enfants pour éviter tout traumatisme. L’Agence collabore avec les partenaires ukrainiens pour assurer un accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, mais aussi d’agir en termes de santé, d’éducation et de protection.

Pour plus d’informations : communiqué de l’UNICEF


Dans un communiqué de presse du 3 mars 2022, des associations et coalitions de sept Etats membre expriment leur solidarité avec le peuple ukrainien : « Nous appelons les autorités de nos pays à porter une attention spéciale aux conséquences de cette guerre sur les défenseurs des droits et les acteurs engagés pour la paix ».

Pour plus d’informations : communiqué de presse du CRID


Dans un Communiqué de presse du 24 février 2022, le Comité économique et social européen souligne que sans une Ukraine en sécurité, l’Europe n’est pas sûre. La présidente du Comité, Christa Schweig, souligne qu’« En ces heures, nos pensées vont à l’Ukraine et sa société civile, à ces femmes, hommes et enfants innocents, qui sont confrontés à cette attaque qu’ils n’ont nullement provoquée et craignent leur vie. L’Europe doit se tenir aux cotés de l’Ukraine et de sa société civile ».

Pour plus d’informations : communiqué du CESE


Le Forum européen des personnes handicapées a adopté, lors de son Conseil d’administration du 10 et 11 mars, une résolution sur la protection et la sécurité des personnes handicapées dans la guerre en Ukraine. Les personnes et enfants en situation de handicap sont particulièrement touché par cette guerre, et sont exposés à un risque pour leur vie et leur sécurité. L’Union européenne et ses Etats membres ont ratifiés la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, ils sont donc liées par les obligations.

Le Forum demande à l’UE et aux Etats membres en outre de veiller à ce que l’aide humanitaire soit fournie aux personnes en situation de handicap et qu’ils bénéficient de la directive sur la protection temporaire de l’Union.

Lire la résolution du Forum européen des personnes handicapées
Lire la Directive sur la protection temporaire en anglais
Lire la Directive sur la protection temporaire en français


L’association Handicap International se prononce sur la situation des personnes handicapées en Ukraine dans une publication du 8 mars 2022. La Directrice Urgence à Handicap International, Fanny Mraz, alerte : « Il faut environ 60 heures pour quitter l’Ukraine à l’heure actuelle, souvent dans un froid glacial et sans abri. Cela peut être encore plus long pour une personne dont la mobilité est réduite. Et cela peut être particulièrement dangereux pour les personnes dont la santé est fragile ».

Plus d’informations : lire la déclaration sur le site internet d’Handicap International

Dans une autre publication du 14 mars 2022, Handicap International informe sur l’insécurité alimentaire des familles en Ukraine. Aussi, Fanny Mraz, Directrice Urgence International à Handicap International informe que « Les familles ont désespérément besoin d’eau et de nourriture. Il y a déjà eu des rapports faisant état de personnes mourant de déshydratation à Marioupol, et la situation ne devrait qu’empirer dans les villes du pays à mesure que le conflit se poursuit ».

Pour plus d’informations : lire la déclaration sur le site internet d’Handicap International


Dans un communiqué d’EASPD du 10 mars 2022, plusieurs experts se prononcent sur la situation en Ukraine. Yannis Vardakastanis (président de International Disability Alliance), Gunta Anca (secrétaire générale du Forum européen des personnes handicapées) ou aussi Maya Doneva (secrétaire générale du European Association of Service providers for Persons with Disabilities, EASPD) se montrent très inquiets et se prononcent sur les aides nécessaires.

Pour plus d’informations : Lire le communiqué de presse d’EASPD


Une publication de la Croix rouge du 14 mars 2022, évoque la mobilisation de la culture sur le front de la solidarité avec l’Ukraine. Le 8 mars 2022, France Télévisions et Radio France ont organisé une soirée de solidarité ukrainienne. Le président de la Croix rouge française, Philippe Da Costa rappelait à cette occasion : « La Croix-Rouge est à l’origine des Conventions de Genève qui exigent la protection des civils et le respect des infrastructures essentielles- comme les hôpitaux. Nous rappelons sans cesse ces règles, c’est un enjeu vital dans ce conflit ».

Pour plus d’informations : site internet de la Croix Rouge française


Le 11 mars 2022, l’UNICEF a publié des témoignages des réfugiés ukrainiens avec des enfants. Plus deux millions d’enfants ont fui l’Ukraine en seulement deux semaines. L’UNICEF demande un cessez-le-feu pour évacuer et s’occuper des enfants et leurs familles.

Pour plus d’informations : lire les témoignages publiés par l’UNICEF et consulter la page dédiée au conflit en Ukraine


Le Conseil économique, social et environnemental a publié une déclaration le 11 mars 2022. Les 12 Conseils ont signé une déclaration commune concernant la situation en Ukraine et l’agression russe.

Pour plus d’informations : accéder à la déclaration du CESE


Le 7 avril 2022, les députés européens ont décidé que les pays de l’Union européenne accueillant des réfugiés ukrainiens à la suite de l’invasion russe vont recevoir une aide financière immédiate de 3.4 milliards d’euros. Par 549 voix pour, 1 contre et 8 abstentions, ont décidé d’accorder le soutien financier.

Pour plus d’informations : site internet du Parlement européen


Dans un communiqué du 5 avril 2022, l’OIM (Organisation Mondiale pour les Migrations) déclare que plus de millions d’ukrainiens se sont déplacées depuis le début de la guerre. Le directeur général de l’OIM, Antonio Vitorino se prononçait : « Les gens continuent de fuir leur domicile à cause de la guerre, et les besoins humanitaires sur le terrain continuent d’augmenter ».

Plus d’informations : accéder au communiqué de l’OIM


Ecoutez l’interview avec Adam Zawisny, membre de l’association polonaise PSONI et d’Inclusion Europe. Actuellement, plus d’un million de réfugiés sont arrivé en Pologne. Beaucoup de personnes en situation de handicap n’ont pas la possibilité de s’évacuer et de fuir : « Ce n’est que récemment, après quelques jours, après une semaine, qu’il y a une augmentation constante du nombre, du pourcentage de personnes handicapées, avec des barrières, qui passent la frontière ».

PSONI a mis en place une ligne téléphonique du gouvernement pour informer les gardes-frontières et les personnes en situation de handicap.

Ecoutez l’interview d’Adam Zawisny (en anglais)

Un mois après le début de la guerre, Inclusion Europe a publié des témoignages des personnes en situation de handicap mental avec leurs familles en Ukraine : « Les enfants sont enfermés entre quatre murs, n’ont pas une bonne communication. Après les explosions, beaucoup de gens ont peur de sortir dans la rue. Toutes nos réalisations n’ont abouti à rien. ». Un autre témoignage : « Le plus gros problème que nous avons, c’est pour l’une de nos familles avec deux enfants ayant une déficience intellectuelle. Ils sont maintenant sans abri après l’explosion d’une roquette. Cette famille est partie pour le village de la région. Il n’y a nulle part où retourner, la maison est détruite. »

Lire le recueil de témoignage publié par Inclusion Europe


Dans un communiqué du 14 avril 2022, le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme prévient que 2.7 millions des personnes en situation de handicap sont actuellement en danger : « (…) de nombreuses personnes handicapées, y compris des enfants, sont prises au piège ou abandonnées dans leurs maisons, leurs établissements de soins résidentiels et leurs orphelinats, sans accès à des médicaments vitaux, à des réserves d’oxygène, de la nourriture, de l’eau, des installations sanitaires (…) ».

Le Commissariat rappelle les Etats à leurs obligations de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

Lire le communiqué du Haut commissariat aux droits de l’Homme


Une nouvelle mesure de la Commission européenne a été introduite pour soutenir les réfugiés ukrainiens. Le programme d’échange pour les étudiants européennes « ERASMUS + » s’adapte à leur situation : les réfugiés peuvent avoir financer leur arrivée, accueil et installation dans un nouveau pays dans l’Union européenne. L’une des principes de la Commission : les enseignants et formateurs ukrainiens peuvent bénéficier d’une aide financière pour faciliter l’intégration.

Consulter la mesure de la Commission européenne pour les étudiants


Dans une déclaration du 17 mars 2022, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) précise son positionnement face à la guerre ukrainienne et l’invasion de l’armée russe. Dans ce document, le respect du droit international, entre autres, est demandé. « La CNCDH encourage le Gouvernement français à poursuivre les efforts déjà engagés pour assurer l’accueil et la protection de toutes les personnes exilées du fait de la guerre ».

Lire la déclaration du CNCPH


Dans une publication du 15 avril 2022, ARS Occitanie précise la mise en place d’un dispositif pour faciliter toute prise en charge des réfugiés d’Ukraine qui sont en situation de handicap. Différentes missions comme l’accompagnement des personnes en situation de handicap aux démarches administratives, médicales ou aussi la réalisation d’une évaluation des besoins liés au handicap sont prévues. Ces actions sont accompagnées par les acteurs du soin et les acteurs sociaux.

Lire la publication de l’ARS Occitanie


Le 8 avril 2022, l’ONG « Amnesty International » publiait un article sur la situation dramatique en Ukraine et les terribles crimes que l’armée russe a commis à Boutcha. La secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, se prononçait très inquiète ; « Les témoignages montrent que, en Ukraine, des civils non armés sont tués chez eux et dans la rue, dans des actes d’une cruauté innommable et d’une violence choquante ».

Lire l’article d’Amnesty International


Lors d’un débat au Parlement européen, la députée européenne des Verts, Katrin Langensiepen, s’est inquiétée devant l’audience sur la situation des personnes en situation de handicap en Ukraine : « J’ai contacté une ONG de personnes handicapées à Kiev. Je leur ai demandé : de quoi avez-vous besoin ? Réponse : « Tout mais surtout de l’attention ». Personne ne se soucie de nous, des personnes et des enfants handicapés. Il n’y a pas d’accès aux transports. Il n’y a pas d’accès à l’information, pas d’accès à des abris accessibles. (…) ».


Le 11 avril 2022, l’OIM a publié une histoire de l’Ukraine. Suite aux massacres de Bucha, cette histoire raconte le destin d’une famille ukrainienne, domiciliée à Bucha. Après le début de la guerre, la famille a décidé de prendre la fuite. Suite aux massacres dans sa ville d’origine, elle dit « Ce n’est pas quelque chose que vous souhaiterez à l’ennemi, mais c’est quelque chose qui ne sera jamais pardonné ni oublié ».

Lire la publication de l’OIM


Le Forum européen des personnes handicapées, l’Inclusion Europe et l’EASPD ont publié conjointement une contribution à la commissaire pour l’égalité, Helena Dalli, concernant la situation des personnes handicapées en Ukraine. Dans leur communiqué, ils appellent, entre autres, l’UE à coordonner avec les autres Etats membres une protection et sécurité des enfants et adultes en situation de handicap cherchant un refuge dans l’UE.

Lire la contribution conjointe du FEPH, Inclusion Europe et EASPD


Inclusion Europe a effectué une mise à jour sur son site internet des informations sur la situation en Ukraine pour les personnes en situation de handicap intellectuel et leurs familles.

Accéder aux informations actualisées sur le site d’Inclusion Europe


Dans une publication du 5 avril 2022, Handicap International lance une opération « Stop aux bombardements des civils ! ». La directrice du Plaidoyer à Handicap International, Anne Héry : « L’utilisation d’armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées présente un risque grave et prévisible pour les civils, causant des morts, des blessés (…) et détruisant (…) des hôpitaux et services vitaux dont dépendent les civils. Les restes explosifs de guerre constituent une menace permanente pour les civils (…) ».

Lire la publication d’Handicap International